Accueil section Antiquité
Accueil section moyen-âge

(Fermer la fenetre)


Saint Remi, évêque de Reims (437 - 533)


Remi naît au château de Laon, vers 437, fils du comte Emile, gouverneur romain, donc dans une famille patricienne riche et cultivée, lui offrant une excellente formation, à Laon et à Reims, comme étudiant. Il est tellement estimé, pour ses multiples qualités, qu’à vingt-deux ans seulement, en 459, il est élu, par le clergé et les fidèles de Reims, comme leur évêque.

Dans cette Gaule romanisée, où l’empire romain s’écroule, l’évêque devient un gouverneur religieux mais aussi civil, jouissant d’un grand prestige. C’est ainsi que Remi peut réclamer la restitution d’objets sacrés volés par les barbares francs, après la victoire de Clovis, à Soissons, vers 486. L’épisode du vase de Soissons, de la promesse de la bataille de Tolbiac, vers le début de 496, ou en 506, et aussi de nombreux miracles rapportés par le peu critique Grégoire de Tours et même les dates restent donc fort incertains, en ce V°s.

Les historiens s’accordent cependant pour affirmer que Remi, dix-septième évêque de Reims, exerce une influence persuasive énorme, dès 481, à l’avènement de Clovis, à quinze ans, par ses lettres, ses visites, par Clotilde, l’épouse burgonde chrétienne dès 493 conseillée par lui, et la catéchèse de son ami l’ermite st Vaast, pour la conversion de Clovis, après douze ans d’hésitation. Le baptême a donc lieu, à Noël, probablement en 498, ou même peut être en 506, à Reims, sans doute après un pèlerinage de Clovis au tombeau de st Martin, lieu de divers miracles. Selon la tradition, Remi aurait déclaré : « Courbe la tête, fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré ». Ensuite trois mille guerriers francs auraient été aussi baptisés.

Remi organise une assistance aux démunis par des distributions de vivres, de vêtements et la création d’un hôpital. Sidoine Apollinaire, contemporain connaissant Remi, le décrit comme de « haute vertu et très éloquent ». Remi sera évêque de Reims pendant environs soixante-quatorze ans, convertissant de nombreux païens, fondant les évêchés de Thérouanne, de Laon et d’Arras. Il meurt, vers quatre-vingt-seize ans, le 13 janvier 533.

Dans la belle basilique St-Remi, consacrée en 1049, ses reliques sont vénérées, à Reims, surtout pendant une neuvaine, début octobre. On y allume les quatre-vingt-seize bougies de son grand lustre et on promène, portée par dix hommes forts, sa très lourde châsse. C’est en souvenir du baptême de Clovis que les rois de France seront presque tous sacrés à Reims, avec une « sainte ampoule » aux aventures pittoresques, voire légendaires. Le nom de « l’apôtre des Francs » est toujours donné en Champagne et en Lorraine.